Abbaye d’Iona, au fond : île de Mull (Ecosse)

 

Iona est une communauté oecuménique de chrétiens dispersés, oeuvrant pour la paix et la justice sociale, pour l’édification de la communauté et un renouveau cultuel.

J’ai eu la chance de pouvoir faire un peu mieux connaissance de cette communauté lors d’une session de formation continue en septembre 2019.
Cette communauté a ses racines dans la ville de Glasgow, et son lieu ressource est l’île d’Iona.
Une autre communauté anglophone, mais située en Irlande du Nord, celle de Corrymeela – une communauté « soeur » de celle d’Iona – a décidé de mettre en ligne chaque jour une prière pour ce temps de pandémie. Du coup, j’ai eu envie à la fois de partager des images prises lors de mon séjour en Ecosse sur l’Ile d’Iona, et m’inspirer de ces prières venues d’Irlande pour nourrir ce site.
La traduction est personnelle, et je me suis autorisée quelques interprétations personnelles.

Si vous voulez découvrir ces prières dans leur version originale : Corrymeela – Prayers for Community un Time of Pandemic

Voici la dernière des prières de la Communauté de Corrymeela que je vais traduire pour le moment :
l’auteur des prières partant en vacances, leur parution vont stopper !

Vendredi 3 juillet

Plages au nord de l’île d’Iona

Dieu de la communauté,
et Dieu de notre moi le plus profond :
en cette période d’isolement
et de séparation protectrice,
la vérité de notre connexion aux autres
est passée au premier plan.
Alors que notre peur
vient du fait que les structures
sont plus fragile qu’on ne le pensait,
les liens de la bonté humaine
contiennent la force de l’amour divin.
Nous te remercions
parce que dans le tumulte de ce monde
et dans nos cœurs meurtris,
nous savons que Dieu est avec nous
et sera toujours avec nous.
Amen.

Jeudi 2 juillet

Paysage de l’île de d’Iona

Dieu d’une gentillesse extraordinaire,
et Dieu des gens ordinaires :
alors que nous nous réformons
en ces jours de reconstruction,
nous sommes tenus d’imiter
le comportement que nous voyons chez les autres.
Donne-nous de ne pas nous laisser distraire
par celles et ceux dont le ton et la fureur
ne signifient rien.
Rappelle-nous que la puissance divine est vivante
chez celles et ceux qui continuent tranquillement
avec compassion ;
dont la bonté simple,
un don qui leur vient de Toi,
peut recréer le monde.
Amen.

Devant l’Abbaye d’Iona

Mercredi 1er juillet

Dieu du retour du fils prodigue*,
et Dieu de retrouvailles des rivaux** :
quand le fils s’est approché de son père,
il s’est incliné comme un serviteur,
et a renoncé à tous les droits familiaux.
C’était le même geste que Jacob a fait
lorsqu’il s’est approché d’Esaü dans la peur.
Mais pour tous les deux,
leur repentir et leur humilité
ont été immédiatement engloutis
dans une étreinte généreuse,
dans une restauration de ce qui a été perdu,
et une célébration plus complète de ce qui a été trouvé.
Alors que nous revenons aux modèles de travail et de vie,
et que nous nous retrouvons face à face à nouveau,
donne-nous d’être restaurés et réconciliés avec tous,
notre humilité et notre repentir étant intacts.
Amen.

*Luc 15, versets 11–32      **Genèse 33, 1-5

 

Mardi 30 juin

Ile d’Iona, avec au fond, l’île de Mull

Dieu de la vie éternelle,
et Dieu du lâcher prise :
tout au long de cette longue saison
et tout au long des siècles,
tu es resté constant
alors que nous, nous nous sommes redécouverts.
Il y a de nombreux changements à venir.
Cette pandémie n’est pas terminée.
Nous non plus.
Alors que nous continuons à être transformés,
donne-nous de nous accrocher
à la bonté et à la miséricorde;
au courage et à la confiance;
à la foi et à l’espérance;
au dévouement éternel.
Que l’amour divin se fasse chair
et donne le souffle à la vie qui change avec vous.
Amen.

Croix celtique, Abbaye d’Iona

Lundi 29 juin

Dieu des deux mille pas*
et Dieu de l’autre joue tendue :
parmi celles et ceux qui reçoivent plus de difficultés dans la vie
certains répondent avec plus d’amour.
Leur foi est encore plus profonde,
et leur espérance devient ferme comme le roc.
Avec l’humilité ainsi acquise,
ils gardent les leçons accumulées
et accomplissent encore plus,
au-delà du verdict final,
que celles et ceux qui commencent à peine.
Nous te remercions pour ces personnes
dont la durée de vie raccourcie contient
assez pour remplir plusieurs livres ;
et dont chaque pensée et chaque prière
comme aussi chaque pause
mérite une page supplémentaire.
Amen

*Matthieu 5, 38-42 . « Vous avez entendu qu’il a été dit : “Œil pour œil et dent pour dent. Eh bien, moi je vous dis de ne pas rendre le mal pour le mal. Si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l’autre joue. Si quelqu’un veut te faire un procès pour te prendre ta chemise, laisse-lui aussi ton manteau. Si quelqu’un t’oblige à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui. À celui qui te demande, donne ; et ne te détourne pas de celui qui veut t’emprunter de l’argent. »

Dimanche 28 juin

Pas de nouvelle prière proposée par la Communauté de Corrymeela.

Phare d’Eilean Musdile, entre Oban et l’Ile de Mull

 

Pierre creusée à l’entrée de l’église de l’Abbaye d’Iona

 

Samedi 27 juin

Dieu des prophètes à la porte,
et Dieu des tasses d’eau fraîches :
la justice est difficile à définir,
et encore plus difficile à appliquer,
mais l’amour vécu en public
n’est jamais hors de portée.
Aide-nous tous à accueillir
l’instinct qu’il y a en nous-mêmes
de faire la bonne chose
dans le moment où nous sommes.
Alors que nous saluons
celui qui est face à nous
avec la gentillesse que nous attendions
que notre récompense
ne soit pas plus bizarre
que d’offrir une boisson.
Amen.

Ile d’Iona, colombes (A.-M. Droz)


Vendredi 26 juin

Dieu du souffle coupé,
et Dieu de la pause bienvenue:
tant de choses se sont passées si rapidement,
que nous pouvons perdre le sens du temps.
Alors que nous continuons à suivre
et à nous préparer à plus d’inconnu à venir,
nous sommes reconnaissants
pour la fidélité que tu promets :
la « force d’aujourd’hui
et l’espoir brillant pour demain »
que l’on retrouve matin après matin.
Donne-nous cette chanson.
Fais-nous la fredonner par cœur.
Et donne-nous de partager
les nouvelles grâces que nous voyons.
Amen.

Cloître de l’Abbaye d’Iona


Jeudi 25 juin

Dieu dont le visage n’a jamais été vu
et Dieu dont l’image ne devra pas être faite :
tu savais – avant même que nous
fondions l’or pour adorer une bête –
que nous serions prompts à mettre
notre visage, notre peau, notre accent, notre culture
sur un trône et à lui donner ton nom.
Sauve-nous de cette idole que nous voulons.
Rappelle-nous que tu n’es pas la meilleure version de nous,
afin que nous puissions nous classer à la deuxième place.
Montre-nous encore
qu’être divin ce n’est pas régner en maître,
mais c’est abandonner le pouvoir,
c’est faire le vide en nous dans l’amour.
Puissions-nous te retrouver
vivant dans la communauté
plutôt que sans vie dans notre réflexion.
Amen.

Mercredi 24 juin

Vue sur l’île de Mull, et le ferry la reliant à celle d’Iona

Dieu de conversation honnête,
et Dieu toujours à l’écoute :
comme nous aurions aimé savoir trouver les mots
et le courage du moment
pour dire ce qu’il fallait dire
lorsque nos proches étaient beaucoup plus proches,
et que le moment était presque juste.
Rappelle-nous le temps dont nous disposons,
et que nous sommes vivants avec toi en ce moment.
De ton côté, c’est une oreille en alerte, à l’écoute de la prière ;
du nôtre c’est la communion dans laquelle nous sommes à l’écoute.
Aide-nous à être en silence avec toi, et en mots pour les autres
à transmettre à la fois l’amour et l’inquiétude,
et que celles et ceux qui entendent et celles et ceux qui parlent,
reçoivent le message de ta paix.
Amen.

Détails d’une des croix de l’abbaye d’Iona


Mardi 23 juin

Dieu du toucher humain,
et Dieu de l’étreinte spirituelle :
ce très grand événement de notre vie
va vivre dans nos tissus humains,
et c’est quelque chose que nos corps
apprennent activement à retenir.
Ainsi la gentillesse que nous nous montrons,
et le soutien que nous nous offrons mutuellement,
ne seront pas seulement juste pour maintenant.
Que les techniques apaisantes que nous pratiquons
et les respirations de recentrage que nous prenons
nous tiennent dans ce moment
et nous forment pour les moments à venir,
de sorte que sans réfléchir
nous puissions nous trouver à nouveau,
en ta présence.
Amen.

Lundi 22 juin

Abbaye d’Iona « by night »

Dieu de la lumière de la mi-été,
et Dieu de la neige de l’hiver :
comme notre terre inclinée arrondit le virage
et tourne le long de son parcours,
nous notons la connexion que nous avons
avec celles et ceux du monde entier,
qu’ils se prélassent dans la plénitude de la belle saison
ou qu’ils se réjouissent du retour du soleil.
Donne-nous de savoir que même si
nos hauts et nos bas coïncideront que rarement,
l’histoire de cette année
et le rythme partagé de cette vie
nous fournit un point commun à toutes et tous,
même avec celles et ceux à qui nous sommes opposés.
Amen.

Dimanche 21 juin

Pas de nouvelle prière proposée par la Communauté de Corrymeela.

Paysage de l’île d’Iona

Terrain de golf de l’île d’Iona, et moutons y paissant paisiblement


Samedi 20 juin

Dieu des secrets découverts,
et Dieu d’une vérité sans peur:
avoir foi en ta bonté
c’est faire confiance
qu’en fin de compte,
tout ce que nous avons voulu cacher
est révélé,
et que tous nos chuchotements
sont entendus,
ton amour éternel restera,
et ta vérité restera inchangée.
Donne-nous de renoncer
à notre protection de nous-mêmes,
et de trouver la vie rendue dans sa totalité
dans le shalom, dans la paix.
Amen.

Vendredi 19 juin

Cloître de l’Abbaye d’Iona

Dieu que nous voyons dans des visages familiers,
et Dieu qui se trouve chez les étrangers que nous pensons connaître:
alors que nous nous revoyons et que nous nous voyons
dans la rue ou sur un écran,
donne-nous un moment pour regarder à nouveau
et découvrir comment les gens peuvent changer.
Il y a des mondes à l’intérieur
de chaque personne que nous aimons,
et aussi dans celles et ceux que nous ne n’aimons pas,
et il y a étapes à suivre à partir du point A au point B
que nous pouvons pas parcourir ensemble.
Alors que nous nous employons à faire le bien
donne-nous saluer ce qui est nouveau en nous.
Amen.

Croix sur l’île d’Iona

Jeudi 18 juin

Dieu des sœurs et des frères,
et Dieu de la croissance par le conflit :
nous voyons le chagrin brut
lorsque nos enfants se rendent compte
combien la justice peut-être insaisissable.
Nous en avons le souffle coupé avec eux
lorsqu’ils découvrent
que même les farces enfantines
et les taquineries ludiques
peuvent tirer du vrai sang.
Leurs jeunes larmes peuvent signaler
qu’ils réalisent que les mots
et les actions nées de la peur
peuvent nuire à celles et ceux que nous aimons.
Que notre croissance en ce moment
nous rassure les uns et les autres.
En tant que membres d’une famille
que tu aimes d’un amour maternel,
qu’une limite incontestable
nous retienne maintenant,
comme lorsqu’un frère ou une sœur
demandent pardon.
Amen

Ile d’Iona

Mercredi 17 juin

Dieu de révélation,
et Dieu du dévoilement:
les vérités que beaucoup
font semblant de découvrir
sont des vérités auxquelles les autres
ne pourraient jamais échapper.
Que ce moment soit l’occasion
de conversation au sujet des questions
qui ont posées suite aux craintes et aux préjugés,
et suite à un aveuglement volontaire.
Que ta révélation de ce qui a toujours été
nous change nous, ainsi que ce qui doit être,
de sorte qu’en se reconnaissant mutuellement,
et les péchés étant mis en lumière,
nous pourrions ne jamais nous retrouver
sous un tel voile.
Amen.

Mardi 16 juin

A l’intérieur de l’église de l’Abbaye d’Iona !

Dieu d’une assurance constante,
et Dieu qui est toujours nouveau:
une vie de foi n’est pas sans risque.
On ne sait pas ce qui nous attend
lorsque nous choisissons
d’abandonner ce qui a été.
Mais alors que nous partons
pour cette prochaine aventure
afin de trouver notre moi
plus récent et plus vrai,
rappelle-nous que c’est devenant
que nous restons les personnes
que tu as créées.
Amen

Abbaye d’Iona, cloître

Lundi 15 juin

Dieu du bien communautaire,
et Dieu de nos besoins individuels :
ayant traversé tout cela ensemble,
nous tirerons de ces jours
une expérience partagée
pour des années et des années.
Pourtant, chacun de nous doit équilibrer
le défi de cette pandémie
avec des luttes privées
et des circonstances différentes.
Donne-nous de prendre en compte
le poids supplémentaire
que nous et nos voisins allons porter,
de sorte que lorsque nous prêtons (et acceptons le)
soutien mutuel nous puissions
tirer le plus possible de leçons
de ce bien communautaire,
et ramener à la maison tout ce que nous pouvons.
Amen.

Dimanche 14 juin

Pas de nouvelle prière proposée par la Communauté de Corrymeela.

Vue depuis le haut de partie sud de l’île, sur la partie centre, la partie habitée de l’île d’Iona

Abbaye d’Iona, croix

Samedi 13 juin

Dieu de la moisson abondante,
et Dieu de la poussière secouée:
il y a assez de travail à faire
et assez de bonnes choses à trouver,
pour qu’aucune défaite
ne soit définitive,
pour qu’aucun succès
ne soit un temps pour s’arrêter.
Alors que nous sommes prêts
à aider à guérir ce monde,
rappelle-nous que notre propre pouvoir
sera toujours insuffisant,
mais que ton Esprit infini
peut parler au travers des mots
que nous proclamons
au sujet de la bonne nouvelle du ciel
qui se fait proche.
Amen.

Vendredi 12 juin

Abbaye d’Iona, « Pierre de prière » creusée par les pèlerins. Les trous ont été creusés par les pèlerins qui y faisaient tourner un une pierre de marbre blanc, tout en disant leur prière. La fin du monde devait survenir lorsque la pierre le trou était percé complètement dans la pierre !

Dieu de nos peurs saines,
et Dieu de notre courage et de notre foi :
il y a une force de consolidation
qui veut nous ramener en arrière,
vers ce qu’ils appellent « normal ».
Mais il y a aussi une résistance prudente
et une aversion à embrasser tout ce qui était.
Aide-nous dans ces entre-deux.
Alors que nous nous aventurons au dehors
et assouplissons les restrictions,
donne-nous de ne pas oublier les dangers,
ni perdre de vue tout ce que nous avons gagné
à l’époque de la limitation auto-imposée.
Renforce notre patience à laisser tout cela se jouer ;
et que les leçons que nous avons apprises
nous aident tous à nous en sortir.
Amen

Oeuvre au centre du cloître de l’Abbaye d’Iona

Jeudi 11 juin

Dieu qui pleure avec nous,
et Dieu qui se réjouit avec nous :
alors que nous notons le sérieux
de cette pandémie,
et déplorons l’étendue
de notre effondrement,
donne-nous la foi pour voir
que la puissance
qui se trouve sous nous
et qui nous maintient fermement à toi,
c’est la puissance de la justice.
Rappelle-nous la présence de la joie
dans les cœurs de celles et ceux
qui connaissent
cet amour et cette beauté,
et la bienveillance qui durera
alors que tout ce qui est vide disparaîtra.
Amen.

Abbaye d’Iona

Mercredi 10 juin

Dieu de chaque instant,
et Dieu de tous temps :
dans les années à venir,
l’année 2020 sera toujours présente
dans notre mémoire collective ;
non seulement pour nous ou nos familles
ou cette ville, ou cette nation,
mais pour tous, partout.
Que cette expérience partagée,
avec ses chagrins, ses anxiétés,
ses leçons et ses révélations
soit le début d’un nouveau «nous»,
ce nous où tu as été avec,
dès le début.
Amen

Dans l’église de l’Abbaye d’Iona

Mardi 9 juin

Dieu de la balance (scale) tenue dans sa main,
et Dieu des écailles (scales)
qui sont tombées de ses yeux:
nous prions pour celles et ceux
qui ont attendu
beaucoup trop longtemps la justice;
et pour celles et ceux qui ont pris
beaucoup trop de temps pour voir
que ce que les systèmes ont dit
était équilibré et aveugle,
que cela fonctionnait pour certains
mais pas pour tous.
Que le repentir vienne vite,
pas par crainte d’être condamnés,
mais dans l’espoir d’être libérés
du tiraillement entre nous-eux,
gagnant-perdant,
et de l’aveuglement de ne voir
que ce que nous voulons qui soit vrai.
Amen.

Lundi 8 juin

Paysage de l’Ile d’Iona

Dieu des larmes libératrices,
et Dieu de la joie incarnée:
à quel point cela a été bon
de voir un visage familier,
d’entendre de le réconfort
dans la voix d’un ami cher,
et de partager notre chagrin
avec quelqu’un qui sait.
Alors que nous traversons ce temps
sans limites et épuisant,
donne-nous de noter
les moments durant lesquels
nous avons été le plus humain :
lorsque nos corps ont répondu instinctivement
à la vérité du fait que nous sommes vivants
et que nous faisons partie
de quelque chose de plus grand.
Amen.

Dimanche 7 juin

Pas de nouvelle prière proposée par la Communauté de Corrymeela.

Vue sur l’île d’Iona depuis la pointe nord

Samedi 6 juin

Abbaye d’Iona, chapiteau de l’église

Dieu de la relation sainte,
et Dieu de l’inclusion distincte :
avec toi et en toi
l’unité est importante.
Rappelle-nous que dans la nôtre
ce n’est pas une vie
de vivre pour nous-mêmes.
En étant avec
et pour l’autre,
donne-nous découvrir que,
suivant comment nous nous relions,
suivant comment nous sommes différents,
tout cela montre l’essence
de qui nous sommes chacun-e.
Amen.

Rivages au nord de l’île d’Iona

Vendredi 5 juin

Dieu de grâce et de beauté,
Dieu du rivage sinueux :
nous te remercions pour celles et ceux
qui révèlent ta grâce avec une sagesse
qu’ils portent si légèrement,
dans une force qu’ils utilisent uniquement
pour élever d’autres personnes.
La générosité dont certain-e-s font preuve
en conversation et en enseignements
qu’ils communiquent par un silence ouvert,
donne un aperçu de la lumière divine
qui se trouve dans les histoires à raconter,
dans les questions que nous voulons toujours poser.
Amen.

Jeudi 4 juin

Paysage de l’île d’Iona, avec l’île de Mull en arrière-plan

Dieu du printemps et Dieu de l’été :
la première fauche a eu lieu
et les oiseaux se frayent un chemin, à travers les tas,
à la recherche des moissonneurs qui viendront les ramasser.
La beauté de ces longues rangées attire
nos yeux et nos esprits en arrière
vers ce qui s’est passé ces derniers mois.
Nous te demandons d’être avec nous
alors que nous considérons ce que nous avons perdu
et aussi ce que nous avons découvert.
Donne-nous bien repérer ces moments.
Les oiseaux voient maintenant la valeur
de ce qui nourrira un grand nombre pendant l’hiver.
Amen

Abbaye d’Iona, le cloître

Mercredi 3 juin

Dieu de l’un, et Dieu de tous :
de notre grand nombre
peut apparaître une unité.
Aide-nous à trouver un moyen
de maintenir ensemble nos différences.
Amène-nous à reconnaître
que pour être pleinement humain
il faut défendre la pleine humanité des autres.
Ton image terrestre
ne se trouve pas dans le miroir,
mais dans les yeux des visages variés
qui reflètent la divinité incarnée
dans la nôtre.
Amen .

 

Vue sur l’île de Mull depuis l’Abbaye d’Iona

Mardi 2 juin

Dieu de la loi,
et Dieu de l’ordre :
parfois il n’y a pas de mots
pour la vanité qui s’expose.
Rappelle-nous que,
lorsque nous utilisons ton nom
à des fins sans amour et qui divisent,
nous faisons un bruit retentissant
et que ta voix ne peut plus être entendue.
Amen.

Lundi 1er juin

Ile d’Iona, plages au nord de l’île

Dieu de la colère juste,
et Dieu de la paix qui ondule comme les vagues :
quelque part, loin de notre vue,
la mer tumultueuse
et cette baie tranquille se rejoignent
dans un grand plan d’eau,
lié aux rivières et ruisseaux
qui s’étendent en arrière,  aux eaux d’amont
bien au-delà de notre rivage.
Donne-nous sur cette terre,
séparés par des expériences très différentes,
séparés par la distance
et les barrières que nous faisons,
d’être unis par ton Esprit,
que la douleur de l’un
puisse être soutenue par tous
au travers des canaux de ta paix.
Amen.

Ile d’Iona, colombe (photo : Anne-Marie Droz)

Dimanche 31 mai (Pentecôte)

Pas de nouvelle prière proposée
par la Communauté de Corrymeela.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 30 mai

Cloître de l’Abbaye d’Iona, chapiteau

Dieu du feu qui descend,
et Dieu des routes de Pentecôte :
transforme-nous en ton peuple.
Donne-nous d’écouter celles et ceux qui parlent
la langue mondiale de la protestation –
ces cris qui sont considérés à tort comme étrangers.
Leurs langues / nos langues
parlent de douleur et de peur
en des mots que nous connaissons tous par cœur.
Envoie-nous hors de notre cachette
pour parler d’amour,
pour manifester le pouvoir de la justice.
Et donne-nous de voir
la nouvelle communauté que tu crées
au travers de la confession et du pardon du péché.
Amen.

Vendredi 29 mai

Coucher de soleil sur le chenal séparant l’île d’Iona et l’île de Mull

Dieu du feu vivifiant,
et Dieu de la lumière plus douce :
il y a une dureté dans les nouvelles,
les histoires intenses de douleur et de deuil ;
les anecdotes de difficultés croissantes.
Et sous les gros titres,
c’est là que se développe une réalisation
de rupture systémique profonde :
les péchés originaux de division en matière
de race et de classe et de puissance.
Alors que le soleil se lève
par une douce matinée de mai,
donne-nous de nous souvenir
de sa chaleur brûlante
qui peut consommer ce gâchis haineux,
mais aussi qu’il peut briller avec la lumière et la chaleur
dont nous avons besoin
pour faire face à notre monde brisé.
Amen.

Jeudi 28 mai

Chapiteaux de l’église de l’Abbaye d’Iona

Dieu des lys,
et Dieu des corbeaux :
les fleurs sauvages s’en donnent
absolument à cœur joie;
les lapins ne peuvent pas croire leur chance.
La laissant faire ce qu’elle fait le mieux,
et voilà que la nature se montre de manière certaine.
Nous aussi, nous pouvons percevoir
quelle émotion fondamentale
se lèvera et viendra à fleurir en nous.
Nous prions qu’à la place
de l’inquiétude que le monde a essayé de planter,
ce soit plutôt l’espoir
que tu sèmes à l’intérieur de nous.
Amen.

Ile d’Iona, Eglise en ruine

Mercredi 27 mai

Dieu du pain quotidien,
et Dieu des plaisirs simples :
nous en demandons assez pour aujourd’hui.
Aide-nous à nous donner à nous-mêmes
ce dont nous avons véritablement besoin :
une promenade pour dégager la tête,
un appel téléphonique qui nous relie à une voix familière,
un bref échange avec un passant,
un doux mot d’encouragement.
Ces petites choses et leur signification
peuvent être facilement rejetées,
mais c’est souvent le geste qui n’est pas grandiose,
ou une routine quotidienne,
ou un caprice du moment
qui nous rappellent que notre Dieu a toujours été là.
Amen.

Statue moderne de St. Columba, qui a été placée là où se trouvait autrefois la statue du saint.

Mardi 26 mai

Dieu de justice,
et Dieu de miséricorde :
s’indigner contre un politicien suffisant
peut être satisfaisant ;
braquer le projecteur sur le puissant
lorsqu’on suppose
que les règles ne s’appliquent pas
clarifie ce qui est juste et injuste.
Mais empêche-nous
de tourner notre recherche d’équité
en une chasse au méchant.
Rappelle-nous que cet outrage
ne consolera pas l’endeuillé,
et ne peut pas soigner
une maladie stupide.
Notre gentillesse servira de meilleur égaliseur,
offert à la fois
au puissant et au bon.
Amen.

 

Lundi 25 mai

Maison de Lorna et du Révérend MacLeod, fondateur de la communauté d’Iona

Dieu qui donne la vie,
et Dieu de toutes celles et ceux qui donnent la vie aux autres,
nous ne sommes jamais seuls dans nos peines,
et jamais seuls dans notre joie.
Être humain signifie connaître
un lien qui nous connecte les uns aux autres.
Le joli monde que nous regardons
reste un navire vide
si nous ne remplissons pas nos paysages
avec la mémoire de l’autre.
Et donc, nous te remercions
que même en séparation
et passé la coupure finale de la mort
nous restons tes co-créateurs,
construisant la vie avec celles et ceux que nous aimons.
Amen.

Dimanche 24 mai

Pas de nouvelle prière proposée par la Communauté de Corrymeela.

Paysage de l’île d’Iona

Samedi 23 mai

Détail d’une des croix, musée de l’Abbaye d’Iona

Dieu de nos tentes terrestres,
et Dieu de notre lumière qui nous guide :
tu as conduit ton peuple à travers un désert
et tu as résisté à une maison permanente.
Tu savais qu’une vie faite ensemble
est une vie en mouvement ;
sur les routes, nous préférons ne pas choisir.
Suis-moi, as-tu dit.
Viens voir, as-tu dit.
Sois avec moi, mon peuple pour toujours.
Alors que nous voyageons à travers
cette «Terre de différences»,
un terrain de vérités troublantes,
ta ville de retrouvailles nous attend.
Que l’étrangeté à laquelle nous sommes confrontés
et les gens qui nous ont changés,
nous assurent que nous sommes sur la bonne voie.
Amen.

Vendredi 22 mai

Abbaye d’Iona et chapelle St-Oran

Dieu de David, et Dieu de Ruth :
les héros que tu as choisis parmi le peuple
étaient à maintes reprises
celles et ceux qui étaient marginalisés,
ou oubliés,
ou forcés de prouver leur valeur.
Faisons une pause pour nous souvenir
des travailleurs de première ligne
qui ont donné leur vie pour la santé nationale:
Tariq et Afua et Onyenachi,
Jennie et Norman et Lill ;*
et tous ceux que les familles pleurent maintenant.
Et nous prions dans ce silence
que notre sens de la famille,
des héros et de la nation
s’étende au-delà de nos traits hérités.
Amen.

*Quelques noms sortis de la longue liste du personnel du réseau de santé anglais, décédés du COVID-19

Abbaye d’Iona

Jeudi 21 mai – Ascension

Dieu des signes d’espoir, et Dieu des plans minutieux :
alors que notre panique initiale s’apaise
et que les démangeaisons pour revenir à la normale
remplacent la peur des pics de fièvre,
gardes-nous méfiants et en alerte.
Donne-nous porter un germe d’humilité
pour nous rappeler que nous sommes humains.
Nous ne sommes toujours pas à l’abri des dangers
d’excès de confiance et d’impatience.
Nous sommes tout aussi sensibles
au balancement invisible de l’orgueil,
et de l’imagination de penser
que nous avons fait tout ce que nous pouvons faire.
Que ta présence durable
fournisse l’endurance qui nous manque,
ainsi notre confiance pourra augmenter
avec une joie ancrée.
Amen.

Mercredi 20 mai

Ile et Abbaye d’Iona

Dieu des cieux au-dessus,
et Dieu de la terre au-dessous :
un orque a arrêté le trafic*
lorsque sa nageoire dorsale a été repérée
fendant les vagues effrayantes
de notre fjord fort et étrange.
Cela montrait les royaumes entre lesquels
nous, les humains, flottons :
le monde anxieux que nous occupons
et les profondeurs plus obscures de sens
que nous parcourons avec toi.
Alors qu’il avale de l’air puis plonge en dessous,
réapparaissant pour surprendre,
puissions-nous apprendre à émerger également,
comme ceux qui associent notre foi la plus profonde
aux questions de cette terre.
Amen.

* En référence à l’observation d’orques à Strangford Lough (Irlande du Nord), le 15 mai 2020.

Fleur de rhubarbe géante, île d’Iona

Mardi 19 mai

Dieu des racines cachées,
et Dieu des puits plus profonds :
comme c’est merveilleux de voir les fleurs,
pas seulement celles de ce printemps,
mais celles des graines plantées il y a des années.
Des amis ont sonné à la porte,
et se sont reconnectés
non seulement parce que c’est le moment,
mais parce que l’amitié et la communauté
ont été réévaluées dans cette économie.
Nous te remercions pour les expériences
qui n’ont jamais été isolées, mais partagées,
et qui se sont développées au fil des années
pour fournir silencieusement
un écosystème dans lequel vivre,
un sol fertile où nous prospérons.
Amen

 

Mouton, île d’Iona

Lundi 18 mai

Dieu qui cherche, et Dieu qui trouve:
les nonante-neuf
peuvent s’être demandé où tu es allé
quand tu es parti chercher celle qui était seule.
Se sont-elles senties perdues,
sans toi là-bas?
Ou savaient-elles que tu restais
là où tu as toujours été :
avec toutes celles et ceux que tu aimes,
où qu’ils soient.
Si nous ressentons ton absence
donne-nous de la sentir comme
un mouvement vers les autres qui t’appartiennent ;
ainsi l’assurance personnelle d’être en sécurité
est liée au fait que l’ensemble est reconstitué.
Amen.

 

Dimanche 10 mai

Pas de nouvelle prière proposée par la Communauté de Corrymeela.

Ile de Mull, depuis l’île d’Iona

Croix, Abbaye d’Iona

Samedi 16 mai

Dieu qui nous commande d’aimer,                                   Lire Jean 14, 15-21
Dieu qui reste Dieu avec nous :
ta réponse, ta solution,
ton remède à nos maux
n’est pas un produit
que nous pouvons tenir dans nos mains
ou une leçon que nous pouvons réciter.
C’est une vie, une histoire,
une relation permanente.
C’est une vie qui vit pour nous.
C’est une histoire dont nous pouvons faire partie.
C’est une relation dans laquelle nous entrons
avec toi et avec les autres.
Aide-nous à rester ensemble dans l’amour,
à répondre aux besoins les uns des autres
et à changer par le fait que nous sommes un en toi.
Amen

 

Ile d’Iona

Vendredi 15 mai

Dieu avec nous et Dieu en nous:
ce n’est pas parce que nous le traversons tous,
que cela veut dire que c’est normal.
Chaque corps est un peu stressé,
« hors de notre zone de confort. »
Il nous faut donc trouver une réserve de patience
avec nous-mêmes et avec tout le monde.
Nous pourrions tous utiliser
un peu plus de compassion,
et prendre le temps d’une profonde respiration.

Pour celles et ceux qui peuvent faire face à ce gâchis,
aide-nous à sortir notre moi le plus tolérant,
Donne-nous l’espace pour nous centrer et te trouver.
En paix.
Au milieu de nous.
Amen.

 

Jeudi 14 mai

Landes de l’île d’Iona, et au loin, l’île de Mull

Dieu de ce qui est exprimé,
et Dieu du non-dit,
cette séparation nous pousse
à désirer ardemment
la joie de la proximité humaine.
Que nos rencontres face à face à l’écran
nous rappellent que personne
n’est pleinement présent en deux dimensions.
Que nos rencontres prudentes et programmées
qui ne relaient que les documents nécessaires
nous amènent à apprécier
la puissance de la convivialité imprévue,
ces conversations qui ont dévié,
les pauses qui se prolongent
par une autre tournée.
Amen

Mercredi 13 mai

Abbaye d’Iona

Dieu de nos cœurs et de nos esprits,
Dieu de notre système nerveux,
alors que nos yeux et nos oreilles essaient de comprendre
un autre jour de nouvelles et d’informations,
nos petits corps absorbent le choc
du plus grand événement de notre vie.
Aide-nous à donner un sens
à ce que, honnêtement, nous ressentons.
Peur. Solitude. Épuisement. Colère.
Et en nommant ce qui se vit dans notre intérieur le plus intime,
donne-nous de devenir plus humains avec chaque autre :
celui qui est à sang chaud et social,
communicatif et relationnel,
celui qui est présent pour s’occuper des autres,
désireux d’apaiser la personne
que nous pouvons plus encore pleinement être.
Amen

Columba’s Bay, île d’Iona

 

Mardi 12 mai

Dieu de ce moment ultime,
et Dieu de ce chemin de vie :
nous serpentons à travers un temps illimité
sans la clarté d’un point final.
Comme Samuel dans la nuit,
ou Marie dans le jardin, nous restons perdus
jusqu’à ce que nous connaissions la voix
de celui qui appelle notre nom,
nous disant que la vie a gagné.
Prends notre peur et notre confusion.
Donne-nous un but et la paix.
Remplace cette anxiété par de la joie.
Replace-nous dans ce monde que tu aimes
et qu’ainsi ce moment particulier que nous vivons
nous ouvres les yeux.
Amen

Pierre tombale, musée de l’Abbaye d’Iona

Lundi 11 mai

Dieu du terrain d’entente,
et Dieu de l’espace entre, de l’interstice :
un esprit de communauté renouvelé
est à l’œuvre depuis de nombreuses semaines.
Nous nous en réjouissons
car nous savons que le conflit fait toujours partie
de ce que signifie « être humain ».
Alors que nous arrivons à un désaccord honnête,
donne-nous ne pas chercher aveuglément
à imposer nos solutions aux autres
(même si nous savons que nous avons raison).
Au lieu de cela, donne-nous d’écouter
et d’apprendre de celles et ceux
à qui nous nous opposons
et de chercher un peu plus de ta réponse
dans le terrain que nous cédons.
Amen

 

Dimanche 10 mai

Pas de nouvelle prière proposée par la Communauté de Corrymeela.

Dans l’église de l’abbaye d’Iona

Détail d’une des croix de l’Abbaye d’Iona

 

 Samedi 9 mai

Dieu de notre finitude personnelle,
et Dieu de notre vie intérieure :
incapables de partir à l’aventures,
nos mondes pourraient devenir beaucoup plus petits.
Et pourtant, notre chemin avec toi
peut également conduire profondément
dans nos recoins les plus intimes,
à des secrets entrelacés
que nous n’avons pas encore dévoilés,
à des pensées cachées que tu aimeras.
Donne-nous le courage d’explorer
ces domaines personnels plus sombres,
afin que la paix plus large
que nous espérons construire
puisse reposer sur une paix intérieure.
Amen

Pierre tombale, musée de l’Abbaye d’Iona

Vendredi 8 mai

Dieu de notre plus grande génération,
et Dieu de notre génération montante :
que ce moment, cette charnière dans l’histoire
cette date pour remercier et prendre courage*
et pour percevoir un esprit héroïque de sacrifice
et de confiance en soi,
rejoigne une passion grandissante pour la justice.
Renforce notre détermination
à nous revoir lors d’une journée ensoleillée
avec un sens plus complet du «nous»,
afin que nos retrouvailles ne soient pas
simplement la fin de la séparation,
mais le début de la réconciliation
avec celles et ceux qui n’ont pas gagné
de nos victoires.
Amen.

*8 mai 1945 = victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie et fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe, marquée par l’annonce de la capitulation de l’Allemagne

 

Jeudi 7 mai

Cuve baptismale, à l’intérieur de l’église de l’Abbaye d’Iona

Dieu qui parle depuis le tourbillon
et Dieu qui entend les soupirs trop profonds pour être des mots :
alors que nous arrivons à accepter ce que nous ne savons pas
– une chronologie pour le retour, une distance sociale sûre –
alors que nous luttons pour donner un sens
au monde qui nous entoure
et que nous imaginons à quoi ressemblera la vie :
enracine-nous dans notre gentillesse.
Ceci afin qu’un mot bienveillant
puisse commencer notre prochaine rencontre,
une pensée patiente accompagner notre souffle à venir,
et afin qu’avec peu de contrôle,
nous puissions nous contrôler
avec bienveillance, foi et compassion.
Amen !

Fuchsia sauvage, Ile d’Iona

Mercredi 6 mai

Dieu de l’arbre en fleurs,
et Dieu des lauriers de printemps :
certains devraient se ramifier en ce moment,
se lançant dans une première carrière.
Quelle période étrange
pour dire pour que ce temps « est le tien ».
Alors que nous soutenons la génération montante,
nous savons qu’il y a une sorte de deuil à faire,
celui d’une vie que nous pensions avoir.
Par conséquent, nous prions spécialement
pour celles et ceux qui cherchent à éclore par eux-mêmes.
Que nos communautés
les soutiennent dans leur lancée;
que leurs entreprises deviennent plus sûres ;
et que leurs perspectives soient persistantes, comme le feuillage.
Amen

 

Ile d’Iona

Mardi 5 mai

Dieu de celles et ceux qui sont en première ligne,
et Dieu de celles et ceux qu’ils doivent laisser derrière eux :
cette séparation est déjà assez difficile,
car nous sommes tenus à l’écart des nos routines habituelles
et de nos interactions avec nos amis,
nous n’avons plus la liberté de faire ce que nous voulons.
Surtout pour elles et ceux qui vont au travail, qui sont à risques
et pour celles et ceux qui doivent rester à l’écart :
que ton esprit fournisse ce que les téléphones ne peuvent pas donner,
ce que les écrans tentent uniquement de projeter
et ce que les pixels ne parviennent pas à capturer.
Que ton esprit, aujourd’hui, soit présent et reconnu dans notre chair,
afin qu’un père terrestre puisse être présent auprès de son fils
et que la maman attentive puisse tenir fermement son enfant.
Amen.

 

Lundi 4 mai

Ile d’Iona

Dieu du monde que nous créons,
et Dieu du monde que tu révèles :
que notre chemin ne soit pas fait de fuites,
mais de connexions et de liens supplémentaires.
Que notre vie ne soit pas pour nous
mais pour toi et les autres, toujours.
Que notre vérité ne soit pas
ce que nous façonnons.
Donne-nous plutôt accepter la vérité,
plus étrange et plus glorieuse,
de ce qui est déjà :
un monde plus grand,
disponible au travers ton amour
divin et désintéressé.
Amen

 

Dimanche 3 mai

Pas de nouvelle prière proposée par la Communauté de Corrymeela,

Cloître de l’Abbaye d’Iona

Samedi 2 mai

Iona, au port du village de Baile Mòr

Dieu des fatigués et Dieu des accablés :
après six semaines consécutives,
ce serait très étrange si la fatigue ne s’était pas établie,
non seulement pour celles et ceux
qui se battent pour respirer,
ou qui travaillent d’innombrables périodes,
mais pour toutes celles et ceux
dont l’esprit est occupé par le stress et l’inquiétude,
chargé de préoccupations pour l’avenir.
Ouvre nos oreilles à ton invitation
de venir nous reposer un moment.
Redonne-nous ce que nous avons du mal à conserver:
la force d’abandonner le contrôle, du lâcher-prise.
Amen

 

Vendredi 1er mai

Abbaye d’Iona

Dieu des humbles et Dieu de celles et ceux qui espèrent :
alors que les premières nations sortent de l’isolement,
elles présentent une vision d’un avenir où il y a des personnes
dans les parcs, dans les restaurants et les écoles.
Elles nous rappellent également la réticence que nous avons eue
à adopter les mesures qu’elles ont prises.
Celles qui ont appris le respect de ce que les humains
ne peuvent pas contrôler étaient prêtes :
ayant stocké du matériel, étant formées aux procédures.
Celles qui comptaient trop sur le mythe
de notre propre invincibilité étaient mal préparées.
Ainsi, alors que nous travaillons
à rejoindre les autres dans la reprise
donne-nous de les rejoindre également
dans la compréhension des limites du pouvoir de l’humanité,
et l’espoir qui vient de l’humilité.
Amen

 

Jeudi 30 avril

Ile d’Iona

Dieu du tumulte et Dieu de la paix :
beaucoup de choses vont changer
dans les semaines et les mois à venir.
D’autres paysages que les paysages courants
seront ébranlés et mis au sol.
Les mouvements progressifs vont s’accélérer,
les tendances du marché vont changer,
et ils balayeront une grande partie de ce que nous savons.
Et donc nous prions pour ce dont nous avons besoin :
l’assurance de ta force au milieu de notre communauté;
et la vie qui revient en pleine résurrection
après que ce que nous aimions ait été mis au repos.
Amen.

 

Pierre tombale, musée de l’Abbaye d’Iona

Mercredi 29 avril

Dieu au chevet du lit et Dieu au tombeau:
dans les maisons de soins et les hospices,
dans les services hospitaliers,
ton Esprit reste présent
alors que la famille ne peut pas être proche.
Avec un mot réconfortant ou une prière silencieuse,
dans les dernières minutes de souffle,
tu prononces un message de paix
par le biais d’infirmières et de médecins,
d’aumôniers et de prêtres :
une réponse Samaritaine sur ce bord de la route.
Nous sommes reconnaissants du fait
que même si une maladie nous vole, par la séparation,
un moment de guérison au seuil de la mort ;
toi, tu apparais à nos côtés, maintes et maintes fois
avec une vie incarnée et miraculeuse.
Amen.

 

Mardi 28 avril

Une des criques au sud de l’île d’Iona

Dieu de celles et ceux qui ont en abondance,
Dieu de celles et ceux qui sont dans le besoin:
cette maladie nous sépare l’un de l’autre.
Elle met également en évidence
une division sous-jacente
qui a toujours été là :
la différence entre les nantis et les démunis.
Que le fossé se ferme enfin entre
celles et ceux qui ont attendu cette pandémie
avec des stocks de réserves et le luxe du repos,
et celles et ceux qui attendent depuis trop longtemps
pour une voix à table,
une place au banquet,
une prière non remplie de supplications.
Amen.

 

Labyrinthe, Columba’s Bay, île d’Iona

Lundi 27 avril

Dieu de l’enclos protecteur,
et Dieu de la vie abondante:
tu ne nous as pas formés
à vivre dans la peur des autres
ou dans le besoin de joies simples.
Dans ton don,
donne-nous de trouver l’abondance
que tu es venu nous apporter :
un approvisionnement constant de l’amour
dont nous avons besoin
et l’étendue toujours ouverte
d’une vie que nous avons à explorer.
Amen.

 

Musée de l’Abbaye d’Iona, bas d’une croix celtique

 

Dimanche 26 avril

Pas de nouvelle prière proposée par la Communauté de Corrymeela,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 25 avril

Musée de l’Abbaye d’Iona, pierre tombale

Dieu des rivaux,
et Dieu des boucs émissaires :
nous sommes rapides
pour trouver quelqu’un à blâmer,
même quand personne ne le mérite.
Nous cherchons des moyens
de prendre soin des nôtres,
tout en ignorant celles et ceux
qui sont les plus à risque.
Nous parvenons à nous livrer
à juste assez d’empathie
pour nous permettre de nous sentir beaucoup mieux,
mais nous choisissons rarement de sacrifier
les idoles que nous apprécions vraiment.
Sauveur, toi qui a été bouc émissaire :
alors que nous nous embrouillons
dans le désordre d’être humain,
donne-nous de nous voir nous-mêmes
dans celles et ceux que nous accusons ou négligeons,
et donne de voir ta grâce au lieu du jugement.
Amen.

 

Vendredi 24 avril

Chapelle St-Oran, Ile d’Iona

Dieu de notre pain quotidien,
et Dieu du croissant de lune :
alors que plusieurs personnes sur terre
commencent à observer
un mois de jeûne et de prière*,
nous entrons tous dans un mois
qui ne ressemble à aucun autre avant.
En ces temps irréguliers,
nous ne romprons pas prochainement le pain ensemble,
ni ne communierons autour de la même table.
Mais nous prions pour que tu nous unisses
dans notre humanité partagée,
et que nous prenions la résolution de rompre notre pain
avec celle et ceux qui en ont le plus besoin,
de sorte que notre maladie chronique de division
ne nous entraîne pas dans une famine de compassion.
Amen.

* Nous sommes le 1er jour du Ramadan (mois de jeûne des musulmans)

 

Cloître de l’Abbaye d’Iona

Jeudi 23 avril

Dieu de la providence,
et Dieu de la surprise,
si ce virus avait frappé il y a 25 ans,
qui parmi nous aurait pu faire
une téléconférence avec nos mamies,
ou scolariser nos enfants à la maison,
dans des classes en ligne ?
Qui aurait rêvé de la conversation que nous avons eue
avec l’homme qui apporte les commissions achetées,
grâce au simple toucher d’un écran dans la paume de notre main ?
Ce n’est pas pour mettre en question la nécessité
qui a donné naissance à une telle commodité ;
ni pour ignorer la souffrance de celles et ceux
qui n’ont pas le luxe de demander.
Mais c’est pour te remercier de ta providence
qui s’adapte au monde que nous créons,
permettant à la relation humaine de survivre.
Amen.

 

 

Mercredi 22 avril

Ile d’Iona

Dieu de la terre et Dieu de chaque jour:
nous prions pour que dans cinquante ans,
ce moment crucial où nous sommes
soit considéré comme le tournant
où le monde a commencé à travailler
non seulement pour aplatir la courbe
mais pour faire face à la crise croissante
qui nous affecte tous.
Que ce cinquante et unième jour de la Terre
soit le premier jour d’une nouvelle ère
durant laquelle le seul ennemi que nous rencontrons
au sein des peuples de la terre,
c’est notre apathie.
Amen.

 

Mardi 21 avril

Chapiteau du cloître de l’Abbaye d’Iona

Dieu de chaque créature vivante,
Dieu de chaque chose rampante :
un oiseau est entré dans notre jardin,
et nous ne connaissions pas son nom.
La bécassine commune, a déclaré Internet.
«Commun»,
ce qui suggère que nos grands-parents l’auraient su,
ainsi que leurs grands-parents.
Quand avons-nous oublié
qu’il est normal de voir et d’entendre la nature à notre porte
et d’apprécier le quotidien?
Maintenant que nous avons été arrêtés
par cette menace commune,
donne-nous de ne jamais laisser une telle connaissance,
ou de tels oiseaux, devenir si rares.
Amen.

 

Lundi 20 avril

Une des rares routes, au centre le l’Ile d’Iona

Toi le Ressuscité, qui révèle Dieu,
tu as marché avec nous pendant longtemps
avant que nous sachions qui tu étais vraiment.*
Nous avons parlé de ce monde
comme si nous étions celles et ceux qui le voyaient pleinement.
Maintenant que nous reconnaissons plus clairement
ta présence continue avec nous,
donne-nous des yeux
pour voir la beauté qui nous entoure,
ainsi que les problèmes
que nous avons ignorés depuis trop longtemps.
Et que nos cœurs brûlent alors
de ton feu éclairant et catalysant,
afin que nous puissions voir le monde que tu envisages.
Amen

* Cf. Luc 24, 18-35 – Les disciples d’Emmaüs

 

Dimanche 19 avril

Pas de nouvelle prière proposée par la Communauté de Corrymeela,

Eglise de l’Abbaye d’Iona

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 18 avril

Columba’s Bay, île d’Iona

Dieu des eaux qui roulent,
et Dieu des ruisseaux intarissables :
le ciel semble plus clair, et l’air plus propre,
le monde moins jonché de tout notre gâchis.
La terre regarde plus à elle-même ces jours,
sa résilience est mieux exposée.
Mais la nature humaine est aussi plus évidente
et ton avertissement sonne fort à nos oreilles :
ce qui sort de nos bouches peut souiller ;
ce qui pourrit dans nos cœurs peut corrompre.
Que la justice et la droiture nous baignent
et effacent notre péché égoïste.
Reprenons donc notre part de création
et laissons sortir de nous le souffle de joie
que nous inspirons.
Amen.

 

Vendredi 17 avril

Jardin sur l’île d’Iona

Dieu de la terre fertile,
et Dieu de la semence dispersée :
il y a de nombreuses leçons
qui sont en train de prendre racine en ce moment.
Nous te remercions du fait que
lorsque les conditions sont bonnes
la vérité atterrit dans un bon sol et s’enfonce.
Hier encore, un vieil homme de 100 ans,*
un capitaine de manuel scolaire de guerre,
un semeur de vérité ancienne,
a marché le long de son jardin,
et sur ce chemin il a su percevoir
une puissance présente de longue date,
qui a éclaté pour que le monde la voie.
Que son exemple produise une récolte au centuple
afin de réveiller l’esprit endormi en nous tous.
Amen.
 
*Cette prière fait allusion au capitaine Tom Moore, qui a réuni plus de £17 million pour le réseau national de santé britannique en marchant le long de son jardin, 100 fois, juste avant son 100e anniversaire.
Pour découvrir cet homme, voici le lien vers le site de la BBC : https://www.bbc.com/news/av/uk-52312019/coronavirus-the-story-of-captain-tom-s-walk?SThisF

 

Jeudi 16 avril

Une des plages au nord de l’île d’Iona

Dieu du changement constant,
et Dieu de l’amour constant :
tellement de choses familières et habituelles
doivent actuellement se reposer,
peut-être pour un moment, peut-être pour de bon.
Donne-nous, à nous qui croyons à la vie après la mort,
d’avoir la foi pour mettre de côté les voies usée et fatiguées
et croire que ce qui était vrai, bon et vivifiant
surgira transformé de ce tombeau cocooning.
en une incarnation complète de ce qui a toujours été.
Amen.

 

Sur l’île d’Iona

Mercredi 15 avril

Dieu qui réconforte et Dieu qui dérange :
pour certains ton message de Pâques survient,
alors que le printemps est à son plus doux,
mettant fin à notre anxiété
par le don de la paix dont nous avons besoin.
Pour les autres, cependant,
cette saison est dure et sombre,
et les mots de réconfort sont plus difficiles à entendre.
Donne-nous, à nous qui pouvons maintenant
absorber ces rayons de lumière chaude,
de les stocker pour les jours plus sombres à venir.
Et pour celles et ceux dont le climat actuel
maintient toute zone de confort hors de portée,
donne-leur de déceler ta présence parmi nous aujourd’hui,
et avec elle la promesse de retour
de journées nouvelles et plus lumineuses.
Amen.

 

 

Mardi 14 avril

Chapiteau du cloître de l’Abbaye d’Iona

Dieu des princes et Dieu du personnel soignant :
cette maladie est une excellente occasion de mise à niveau.
Elle a humilié nos dirigeants et elle a élevé tes serviteurs.
Alors qu’un premier ministre se rétablit,
parce que les principaux dispensateurs de soins ont continué d’oeuvrer,
nous pouvons constater cette manière d’être anormale :
cette appréciation juste des travailleurs sanitaires,
des commis d’épicerie et des toutes celle et ceux qui
s’occupent professionnellement des enfants ;
celles et ceux qui sont sur le terrain et en première ligne,
celles et ceux qui emballent les aliments et livrent les médicaments.
Et que nous puissions nous en souvenir :
ce qui est anormal est ton état normal,
par conséquent, ne revenons pas à la façon dont c’était avant.
Amen

 

Lundi 13 avril

Chapelle St-Oran et son cimetière, derrière il y a l’Abbaye d’Iona

Dieu ressuscité et réconciliant,
Ton salut, après la tombe,
a connu le traumatisme et l’agitation
de cette époque-là, et de la nôtre.
Le message de paix,
c’était ce que tes disciples avaient besoin d’entendre,
et ce dont le monde a besoin maintenant.
Lorsque nous sommes réunis
avec celles et ceux dont nous avons été séparés,
que nos salutations soient également de paix,
et donne-nous voir toute division à la lumière
de ta réconciliation,
et toutes les crises
dans le contexte de ta résurrection.
Amen.

 

Dimanche 12 avril – Pâques

Cloître de l’Abbaye d’Iona

Dieu de la joie illimitée
et Dieu de l’amour éternel,
les femmes sont allées au tombeau,
afin de s’occuper du mort crucifié
et elles en sont revenues
comme les premières prédicatrices
de la résurrection.
Alors que nous sommes de retour
de notre tombe aujourd’hui,
et que nous recommençons à vivre,
donne-nous proclamer avec une joie effrénée
ce que le monde meurt d’envie d’entendre:
la mort n’est jamais une fin;
l’amour reste ce qui est le plus divin;
et toi, tu continues à vivre,
dans le cœur battant de notre humanité.
Amen

 

 

Samedi 11 avril

Abbaye d’Iona

Dieu du deuil et Dieu du silence,
c’est un cadeau étrange que d’avoir du temps:
un jour entier en cette Semaine Sainte,
pour s’asseoir avec des questions
de pourquoi et de combien de temps;
et de n’entendre aucune réponse du tout.
Se précipiter du vendredi au dimanche,
de la mort à la résurrection,
ne rendrait pas du tout justice…
Cela ne rendrait pas la vie de celles et ceux
dont la douleur et le chagrin quotidiens,
et les plaidoyers constants pour la justice,
restent sans réponse dans le rythme quotidien du monde.
Laisse ton silence remplir ce silence,
jusqu’à ce que notre bruit vide meurt.
Amen

 

Vendredi 10 avril – Vendredi-Saint

Croix, Abbaye d’Iona

Dieu des foules criant, « crucifie-le ! »
et Dieu sur la croix criant, « pardonne-leur ! » :
en le faisant et en ne le faisant pas,
nous avons répété cette scène du Vendredi-Saint
de nombreuses manières,
dans d’innombrables endroits, à d’innombrables personnes.
Nous ne savons pas ce que nous faisons,
même si nous le savons trop bien.
Maintenant, nous affrontons la mort d’une nouvelle manière;
comme aussi la fragilité humaine,
le besoin humain et la solidarité humaine.
Nous commençons ainsi à voir
comment toi tu vois la réalité de qui nous sommes,
et c’est ainsi que nous pouvons commencer
à aimer comme toi tu aimes,
répondant avec compassion aux cris que nous entendons,
et apprenant à pardonner, nous-mêmes.
Amen

 

Jeudi 9 avril

Croix à l’Abbaye d’Iona

Dieu qui lave nos pieds et Dieu qui nous commande d’aimer:
avant les prières dans le jardin de Gethsémani,
et les différentes stations de la croix;
avant le tombeau et les épices,
ainsi que la pierre qui a été mise en place,
il y a eu ce moment particulier,
où tu nous as montré
ce que signifie être divin.
Donne-nous ne pas oublier
que le pouvoir de vaincre la mort
n’est pas ce que tu veux que nous imitions.
Mais c’est mettre de côté toutes les autres choses,
et aimer.
Amen.

 

 

Mercredi 8 avril

Chapiteau du cloître de l’Abbaye d’Iona

Dieu du pain partagé et Dieu de la bourse commune,
tu as rompu le pain avec ceux qui ont rompu ta confiance
et qui ont pris plus
que ce dont ils avaient besoin pour eux-mêmes.
Tu le fais toujours aujourd’hui.
Que notre réponse commune à une menace commune
nous conduise chacune et chacun à reconsidérer
ce dont nous avons besoin et ce que nous voulons,
et comment nous divisons ce que nous avons.
Brise qui nous sommes,
afin que nous puissions être plus pour les autres.
Amen.

 

Mardi 7 avril

Dieu du grain tombé et Dieu des enfants de lumière:

Abbaye d’Iona

c’était au moment où ta vie a été brisée
que tu as été élevé.
C’est en libérant nos vies pour les autres
que nous portons ta vérité durable.
Alors que nous avançons dans cette semaine,
une communauté dispersée,
que notre abandon de nous-mêmes,
et notre amour des autres désintéressé
diffuse largement la grande Bonne Nouvelle,
que même dans la mort
il y a une nouvelle vie glorieuse,
et que cette obscurité ne la vaincra pas.
Amen

 

Lundi 6 avril

Abbaye d’Iona, croix celte

Dieu de Lazare et Dieu de Judas,
ton grand amour ressuscite les morts
et condamne ce qui ne va pas dans cette vie.
Alors que nous entrons dans cette Semaine Sainte difficile,
nous savons que nous éprouverons de la douleur,
des cassures et de l’hypocrisie
mais aussi de la beauté,
de la miséricorde et de l’amour éternel.
Ta mort a précisé ce qui doit prendre fin:
notre peur, nos pertes, notre égoïsme.
Pourtant, nous nous réjouissons
que dans cette mort réside notre renaissance
et que tu ramèneras à la vie le monde;
et en nous, tu ramèneras la bonté remplie de grâce.
Amen

 

Dimanche 5 avril (Rameaux)

Cloître de l’Abbaye d’Iona

Dieu des foules et Dieu des couronnes:
dans ton humilité, sur le dos d’un âne,
au début d’une semaine de grande douleur,
tu as montré ta détermination à nous sauver
non pas avec une force écrasante,
mais avec un amour révolutionnaire et généreux.
Donnes-nous de voir dans ta vie et ta mort,
ainsi que dans ta résurrection,
comment faire face à nos ennemis intérieurs.
Donne-nous de surmonter nos peurs
et de réprimer nos désirs égoïstes;
donne-nous de stopper notre tendance à nous rendre responsables
et à nous battre d’abord pour les autres.
Comme tu nous protèges
de ce que nous ne pouvons pas contrôler,
sauve-nous de nous-mêmes.
Amen.

 

Samedi 4 avril

Ile d’Iona

Dieu des croyants, et Dieu des négateurs,
Dieu de ceux qui ne savent pas:
oui, la foi suppose l’incertitude.
La vérité n’est jamais simple;
le chemin à parcourir est rarement dégagé.
Nous nous tournons vers toi entre autre
parce que nous ne savons pas où aller.
Et pourtant, la foi suppose aussi l’assurance.
La foi demeure, avec espoir et amour,
quand tout le reste s’estompe.
Alors que nous avançons avec toi aujourd’hui,
accordes-nous la foi pour nous faire confiance à nous-mêmes,
et laisses-nous croire à tout ce qui est bon, et que tu nous donnes,
qui est bien au-delà de ce que nous pouvons connaître.
Amen !

Columba’s Bay, île d’Iona

Vendredi 3 avril

Dieu qui aime celles et ceux que nous aimons,
et Dieu qui aime celles et ceux que nous n’aimons pas;
il est facile de sympathiser avec les gens
qui se comportent comme nous,
et qui font face à ce que nous craignons.
Mais lorsque le « nous » signifie
celles et ceux qui être partie prenante du problème,
notre compassion, semblable à celle du Christ,
est mise à l’épreuve.
Notre « nous » peut-il inclure
celle et ceux qui prennent des décisions peu claire voyantes?
Peut-on dire que ce « nous »
représente celles et ceux qui mettent les autres en danger?
Cette communauté peut-elle s’étendre
à celles et ceux dont les actions menacent l’ensemble?
Nous prions pour que ce soit possible, car c’est déjà le cas.
Oui, Toi, tu « nous » as suffisamment aimés pour être ici,
avec nous tous.
Amen !

 

Jeudi 2 avril

Au sud de l’île d’Iona

Dieu des collines et Dieu des vallées,
le présentateur aux nouvelles a annoncé
que le pic arrivera à mi-avril,
juste au moment où nous allons célébrer la Résurrection.
Nous entrons dans cette vallée ombragée
avec des versets dont nous souvenons à moitié*,
à propos de ta houlette et de ton bâton,
et que nous n’avons pas à avoir peur.
Que le souvenir de ta bienveillance et de ta bonté
nous accompagne en ces jours;
que ta présence avec nous aujourd’hui
soit pour nous une source de réconfort;
et que cette vallée sombre
soit illuminée par l’aube de Pâques,
tout en n’étant liée
ni à une courbe sur un graphique, ni à une date du calendrier.
Amen.

*Cf. Psaume 23, 4

 

Mercredi 1er avril

Sur l’île d’Iona

Dieu des pâturages et Dieu des agneaux,
les nouveaux-nés du printemps
ne savent rien de l’inquiétude
ou de l’anxiété de ce dernier mois.
Au lieu de cela, ils connaissent
la terre sous eux et le ciel au-dessus,
ainsi qu’une mère
qui prend soin d’eux quotidiennement.
Donne-nous, en cette saison, de nous rappeler
la constance de ta providence,
l’instinct, le sens de ta protection,
la simplicité de ton amour.
Oui, donne-nous, avec confiance,
de savoir trouver notre équilibre
dans ce monde nouveau-né.
Amen.

 

 

Mardi 31 mars

Chapelle St-Oran, juste à côté de l’Abbaye d’Iona

Dieu pan-démos et Dieu de tout le peuple,
comme c’est étrange
qu’il faille une maladie mondiale
pour nous montrer que nous sommes tous un:
une seule espèce, une seule famille
une seule forme génomique,
un seul peuple dépendant de toi.
Parmi nous, certains sont gravement menacés
par un ennemi invisible et aveugle.
Nous voulons te prier pour eux et pour nous,
afin que dans notre vulnérabilité partagée
tu nous guérisses de cette maladie,
ainsi que de l’autre, celui qui divise,
afin que, dans la guérison,
nous devenions un tout.
Amen.

 

Croix celtique sur l’île d’Iona

Lundi 30 mars

Dieu de la semence et Dieu des branches,
tu nous as fait la promesse qu’une graine de foi
serait suffisante pour déplacer une montagne,
ou mieux encore, pour faire un nid pour se percher.
Puissions-nous maintenant voir le fruit mûr
des graines plantées il y a longtemps
par des modèles importants et maternels,
qui nous ont chanté des hymnes
que nous pouvons encore fredonner,
qui nous ont donné l’exemple de la gentillesse,
de la bienveillance et de la force tranquille.
Donne-nous de croître dans cette saison nouvelle
et de planter nous-mêmes
une graine qui déplace les montagnes,
un refuge pour nos envols de demain.

Amen.

 

 

Dimanche 29 mars

Ile d’Iona, Columba’s Bay

Le courage vient du cœur,
et nous sommes toujours accueillis par Dieu,
la source de tout être.

Nous témoignons de notre foi et de notre confiance,
sachant que nous sommes appelés à vivre des vies
de courage, d’amour et de réconciliation
dans les moments ordinaires et extraordinaires de chaque jour.

Nous témoignons aussi de nos échecs
et notre complicité dans les fractures de notre monde.

Donnes-nous être courageux aujourd’hui.
Donnes-nous d’apprendre aujourd’hui.
Donne-nous d’aimer aujourd’hui.

Amen!

Version anglaise : ©Corrymeela 2015 (written by Pádraig Ó Tuama)

 

Samedi 28 mars

Abbaye d’Iona

Dieu du battement de nos coeurs et Dieu de l’impulsion:
chaque jour, dans notre communauté, nous sonnons la cloche
pour tous nous appeler à la prière; à 9h et à 21h,
et ceci depuis des années et des années et des années.
Sa note nous surprend et coupe court à nos discussions,
elle rompt nos plans.
Elle interrompt notre conflit
et elle vient perturber notre paix fragile.
Aujourd’hui, bien que nous soyons très peu
suffisamment proches pour l’entendre,
que son appel touche celles et ceux dont la vie
a besoin d’un son rassurant,
et apporter à tous la nouvelle bouleversante
que tu es toujours proche de nous.
Nous sonnons la cloche, comme nous l’avons toujours fait
pour tous nous appeler à la prière.
Amen.

 

Quelque part, sur l’Ile d’Iona

 

Vendredi 27 mars

Dieu des émotions sincères et Dieu des larmes jaillissantes et qui soulagent,
ce serait plus triste si en ces jours
nous n’avions pas besoin d’un bon cri,
d’une libération de notre corps,
d’un moment pour nommer
ce que nous ressentons tout au fond de nous.
Nous te remercions parce que ces larmes
ne sont pas des larmes de faiblesse
mais elles sont celles de témoins sensibles.
Elles parlent à un Dieu
qui a pleuré comme nous,
et qui a montré que l’amour humain est divin.
Amen

 

 

 

Jeudi 26 mars

Cloître de l’Abbaye d’Iona

Dieu de l’un et Dieu du tout,
sois avec celles et ceux qui travaillent à domicile aujourd’hui
et celles et ceux dont le travail les empêche de rentrer chez eux.
Sois avec celles et ceux qui n’iront
pas au-delà du porche d’entrée de leur maison,
et celles et ceux qui sont en première ligne.
Sois avec celles et ceux qui doivent choisir entre
faire un travail qu’ils savent qu’ils peuvent faire
et être le parent qu’ils sont tout simplement.
Donne à chacune et chacun de nous,
dans notre propre inquiétude, d’entendre ton appel universel
à venir déposer nos lourds fardeaux, et trouver un repos bienvenu.
Et puis, avec nos fardeaux allégés,
donne-nous d’être une aide afin de maintenir le tout.
Amen.

Abbaye d’Iona, croix celtique

 

Mercredi 25 mars

Dieu du feu et Dieu du vent,
Dieu du son silencieux,
quand tu nous parles,
tu le fais d’une manière inattendue
mais que nous ne pouvons pas ignorer.
Donne-nous, en cette période de bruit effréné
et d’une immobilité inquiétante,
de savoir à nouveau écouter le vent et la terre,
et le doux murmure de toi nous appelant par notre nom.
Et donne-nous d’entendre dans ta voix
les mots d’amour et d’espoir,
la bonne nouvelle ta présence avec nous
pour toujours.
Amen.

 

 

 

Ile d’Iona, marche en direction de la Columba’s Bay

Mardi 24 mars

Dieu de nos sorties et de nos rentrées :
chaque pas que nous faisons aujourd’hui
doit faire de la place aux autres.
Chaque déplacement que nous opérons,
chaque achat que nous faisons,
doit avoir un sens pour l’ensemble.
Nous devons prendre en considération à quel point nos vies
affectent les vies autour de nous.
Ce n’est pas nouveau.
Il en a toujours été ainsi.
Mais à l’avenir, pour aller plus loin, lors de la prochaine étape,
que cette vérité soit enfin de retour, avec nous, à la maison.
Amen. 

 

 


Lundi 23 mars

Le village de Baile Mòr, île d’Iona (à l’arrière-plan : île de Mull)

Dieu du prochain, du voisin, Dieu de l’étranger,
plusieurs fois nous passons devant les maisons
de celles et ceux que nous connaissons à peine.
Pourtant, toi tu les connais depuis toujours.
Tout comme tu connais les gens du monde entier,
celles et ceux qui ont fait face à ce que nous affrontons maintenant,
et celles et ceux qui connaitront ce que nous vivons maintenant.
Toi, tu nous connais tous,
et tu nous aimes tous de la même façon.
L’étranger est notre prochain, notre voisin
dans le petit monde que nous nous construisons.
Donnes-nous de ne jamais devenir des étrangers les uns pour les autres
dans le nouveau quartier, dans le nouveau voisinage que nous créons.
Amen.

 

Dimanche 22 mars

Abbaye d’Iona

Dieu du sabbat, Dieu du repos
en ce premier jour de création,
ton peuple se réunit de manières créatives,
afin de faire Eglise, de porter ensemble ton image, Seigneur.
Alors que nous nous réunissons pour un temps de recueillement
et que nous nous inquiétons,
alors que nous louons et prions,
arrêtons-nous pour repenser à tout
tout ce qui s’est passé cette semaine.
Alors que nous t’apportons nos peurs
et que nous libérons nos larmes.
donne-nous de voir encore plus clairement
que le monde que tu as fait est toujours bon.
Amen.

 

 

 

 Samedi 21 mars

Sur une des plages au nord de l’île d’Iona.

Dieu des eaux tranquilles,
Dieu des mers apaisées,
une nuit de traversée difficile,
alors que tes amis commençaient à perdre confiance,
tu t’es réveillé
et tu as apaisé les vagues turbulentes,
grâce au pouvoir de la paix extraordinaire qui t’habite.
Donne-nous de savoir respecter la force pure
de ce que nous ne pouvons pas contrôler,
et de croire en la force
qui dort au milieu cette tempête.
Amen.

 

Vendredi 20 mars

Ile d’Iona, chemin menant au golf, où paissent moutons et vaches !

Dieu de la maison et Dieu du pèlerin,
nous cheminons vers une saison incertaine,
et nous embarquons pour un voyage tous ensemble.
C’est un chemin sur lequel nous ne sommes jamais allés.
Pourtant, nous savons qu’à chaque étape
tu es là, à nos côtés:
tu es notre guide, notre protecteur, notre ami.
Que chaque jour sur la route nous rapproche les uns des autres,
qu’il nous rendre plus proches
d’une terre de retrouvailles pleines de reconnaissances,
plus près de l’endroit que toi, tu appelles « maison ».
Amen !

 

Jeudi 19 mars

Chapiteau du cloître de l’Abbaye d’Iona

Dieu des sarments et du cep de vigne,
Dieu du fruit qui durera lorsque qu’une grande partie de ce qui nous est familier est taillée
–– la routine du travail, le ronron de l’école, la certitude de nos journées –
Donnes-nous voir ce qui est bon et vrai, et de nous épanouir sereinement :
d’observer que les collègues travaillent ensemble,
que les enfants étudient  à la maison,
que les familles prient ensemble.
Que ces jours de grande perturbation mettent en évidence cette vérité:
oui, nous pouvons rejoindre les autre,
et rester reliés les uns aux autres
grâce à l’amour que tu nous offres,
lorsque nos racines sont profondément ancrées en Toi.
Amen !

 

 

Mercredi 18 mars

Columba ‘s Bay, au sud de l’île d’Iona

Dieu dont le souffle planait sur la création,
Dieu dont le souffle a donné vie à l’argile humide
Sois dans chaque respiration profonde que nous prenons,
lorsque notre ventre s’élève, lorsque notre poitrine s’abaisse
Sois dans le mot plein de bienveillance que nous partageons,
dans l’offre d’aide que nous faisons,
et dans l’attention que nous avons les uns pour les autres.
Sois dans la prière que nous chuchotons,
et dans le rire que nous partageons ;
de sorte que, même en temps de chaos,
nous puissions, à notre manière, donner souffle et vie à une création nouvelle.
Amen !

 

Pierre tombale, Abbaye d’Iona

Mardi 17 mars

Dieu de la veuve et du prophète,
tu nous as raconté une histoire
montrant combien un petit peu d’huile et de farine,
et la gentillesse de la communauté
ont sauvé une famille.
Pot après pot ont été remplis et conservés.
Rappelle nous combien une goutte et un peu de gras,
un petit coup frappé à la porte,
la volonté de croire en la réponse en cas de besoin,
ont fait toute la différence dans cette histoire,
et peuvent faire toute la différence dans les nôtres.
Amen !

Cliquez ici pour lire le texte biblique auquel
cette prière fait référence :
I Rois 17, 7-16 – Elie et la veuve de Sarepta

 

 

 

Lundi 16 mars

Moutons sur l’île d’Iona

Dieu du désert et Dieu des espaces verts,
ton Fils est venu dans notre vaste monde.
Et il s’est assis là.
Et il a prié là.
Et là, il a rêvé d’une vie plus abondante pour les autres.
Alors que nous avançons au jour le jour, dans un temps incertain,
et que nous observons à quel point nous sommes séparés les uns des autres,
puissions-nous nous reposer selon nos besoins,
et puissions-nous faire germer en nous des idées nouvelles,
et viens en aide, à celles et ceux qui sont moins à même de se reposer.
Amen !

 

Dimanche 15 mars

Croix celte, Abbaye d’Iona

 

Dieu des communautés nouvelles et renouvelées,
là ou deux ou trois réunis en ton nom,
tu as promis d’être au milieu d’eux.
Tu as aussi promis d’être dans les paroisses qui se rencontrent cette semaine « online », virtuellement,
et dans les congrégations qui continuent, et persévèrent, séparées de leurs visiteurs,
et dans les églises qui tentent quelque chose de très différent aujourd’hui,
et également lorsque nous nous sentons seuls, chez nous.
Nous cherchons à faire comprendre aux enfants que l’église n’est pas un bâtiment.
Alors, donne-nous d’être « Eglise ensemble », où que nous soyons,
rassemblées par ton Esprit, comme seul ton Esprit peut nous rassembler.
Et puissions-nous te trouver déjà parmi nous,
lorsque nous fermons nos yeux pour prier.
Amen !

 

 

 

 

Samedi 14 mars

Abbaye d’Iona

Dieu des experts et des amateurs,
en ce temps de grandes incertitudes;
nous commençons à réaliser à quel point
nous ne savons pas grand chose, chacune et chacun.
Tu as pourtant placé dans notre communauté
celles et ceux qui parlent avec raison et sagesse,
celles et ceux qui connaissent la science
celles et ceux dont la profession est de protéger et apaiser.
Puissions-nous entendre les voix d’une sagesse éclairée,
et remercier pour ce qui est déjà là :
la connaissance qui surmonte l’ignorance,
l’amour qui surmonte la peur,
la communauté qui nous permet d’expérimenter
la grâce dont nous avons tous besoin.
Amen !

 

Vendredi 13 mars

Une des plages au nord de l’île d’Iona

Dieu des bonnes nouvelles, qui s’étendent plus vite que la peur,
Dieu du courage qui vient du coeur :
Sois avec nous lorsque l’anxiété surgit, et lorsque l’incertitude grandit.
Sois avec nous lorsque les enfants nous posent des questions difficiles,
et sois aussi avec nous, lorsque nos proches nous semblent encore plus éloignés.
Donne-nous de nous souvenir qu’être une communauté ne signifie pas toujours d’être présents aux côtés de celles et ceux que nous connaissons bien ;
mais c’est aussi être spirituellement présent avec celles et ceux qui se sentent vraiment seuls ;
et Toi, tu es notre Dieu, Dieu qui s’est fait chair,
Tu es aussi le Dieu qui nous appelle depuis le tumulte,
et qui nous appelle à rester calmes,
et à reconnaître que tu es « Dieu avec nous ».
Amen !